Feu vert pour les exportations de la SLN

Feu vert pour les exportations de la SLN

16 avril 2019

Économie

L’exportation de matière non transformée fait partie du plan de sauvegarde de la SLN.

L’exportation de matière non transformée fait partie du plan de sauvegarde de la SLN.

Le gouvernement vient d’autoriser la SLN à exporter 4 millions de tonnes humides de minerai basse teneur par an à des clients japonais et chinois, ou en partie à Nickel Mining Company (NMC), pour une durée de dix ans.

 

Cette décision répond à la demande de la SLN, en date du 27 février, qui a fait l’objet d’un avis favorable lors du dernier Comité du commerce extérieur minier (CCEM).  Le gouvernement a décidé, sous la forme d’un arrêté unique adopté le 16 avril, de l’autoriser à céder, pour une durée de 10 ans, 4 millions de tonnes par an de minerai dont les teneurs sont inférieures ou égales à 2 % en nickel, vers les métallurgistes japonais Pamco et Nipon Yakin (1 million de tonnes), ainsi qu’à destination de métallurgistes chinois via la société Eramet. « Par ailleurs, l’arrêté prévoit que la SLN puisse céder du minerai basse teneur à NMC auquel cas ces quantités seraient décomptées de l’autorisation d’exportation qui vient de lui être délivrée », précise Nicolas Metzdorf, porte-parole du gouvernement. Ce minerai alimentera l’usine de Gwangyang en Corée du Sud détenue à 51 % par la Société minière du Sud Pacifique (SMSP).

Échéancier

L’exécutif a également acté l’échéancier suivant pour la SLN : l’autorisation d’exporter 2 millions de tonnes en 2019, puis 3 en 2020 pour atteindre 4 millions à partir de 2021. Pour accompagner cette montée en puissance, la filiale d’Eramet devra créer près de 180 emplois d’ici à fin 2020 (conducteurs d’engins, encadrement minier : planification, maintenance...). Elle devra également engager des investissements estimés à 5 milliards de francs pour le traitement, l’évacuation et le chargement du minerai afin de permettre l’accueil de plus gros minéraliers. Au plus tard en janvier 2020, la SLN devra remettre un rapport au gouvernement démontrant les investissements réalisés et les accroissements de capacité d’export correspondants, les recrutements opérés dans le cadre de ses exports ainsi que les synergies mises en œuvre avec les autres opérateurs calédoniens en termes d’échanges de minerai, et en particulier, pour l’alimentation de l’usine de Gwangyang. « Le gouvernement a clairement pris en compte les besoins de la SLN », souligne Nicolas Metzdorf. L’exportation de minerai non transformé constitue l’un des trois axes du plan de sauvegarde qui doit permettre une remise en compétitivité de la société, les deux autres étant l’augmentation de la productivité au niveau des mines et une amélioration de la performance de l’usine de Doniambo.

Une nouvelle autorisation pour la NMC
Le 16 avril, le gouvernement a également accédé à la demande de NMC de céder jusqu’au 31 décembre 2019, pour le compte de la SMSP, ses minerais à basse teneur au bénéfice de la société chinoise Yangzhou Yichuan Nickel Industry, en utilisant les services de la société Posco en Corée. L’autorisation porte sur un tonnage maximum de 460 000 tonnes de minerai à teneur en nickel comprise entre 1,5 % et 1,8 % et provenant de l’un des cinq centres miniers de la NMC (Ouaco, Poya, Kouaoua, Nakety ou N’Go). Par arrêté du 19 mars 2018, le gouvernement avait déjà autorisé la société NMC à céder 440 000 tonnes de minerai basse teneur à Yichuan. Deux cargaisons ont déjà été expédiées pour un total d’un peu plus de 180 000 tonnes.