Vice-rectorat et CHS renforcent leur coopération

Les jeunes suivis par le CHS à Nouméa et dans ses différentes antennes vont bénéficier d’un dispositif médico-pédagogique optimisé.

Une convention, signée le 19 septembre, renouvelle et étend le partenariat entre le vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie et le centre hospitalier spécialisé (CHS) Albert-Bousquet.

 

Offrir un suivi scolaire adapté aux enfants, adolescents et jeunes adultes accueillis au CHS et dans ses différentes antennes. C’est l’objet de la convention qui vient d’être signée entre le vice-recteur, Jean-Charles Ringard-Flament, et le directeur du CHS, Philippe Palombo. Ce lien formel entre les deux institutions existe depuis 2011, mais le partenariat est renforcé et étendu pour mieux répondre à la nécessité d’« articuler la dimension pédagogique et le volet thérapeutique », et ce sur l’ensemble du territoire. Car en matière de pédopsychiatrie, comme l’a souligné le vice-recteur, « le soin, la pédagogie et l’éducatif participent à la résolution du problème, chacun à des degrés différents » et en « interdépendance ». Pour Philippe Palombo, il s’agit d’une « priorité ».

Au moment où devrait se concrétiser le projet de Maison des adolescents, qui va réunir tous les services dédiés à ce public (et pas seulement le soin), « il y a une efficience à trouver ». « Il nous faut être le plus performant possible pour détecter ces jeunes » qui ont besoin d’un suivi psychiatrique et ce partenariat offre « un dispositif de détection supplémentaire ». Le constat est le même s’agissant des tout-petits, chez qui le triptyque soin-pédagogie-éducatif est essentiel.

Maillage territorial et formations spécifiques

Depuis le début de cette année, deux enseignantes spécialisées, rattachées à l’école du CHT Gaston-Bourret, suivent une dizaine de jeunes auprès du Casado (Centre d’accueil et de soins pour les adolescents) et une trentaine en pédopsychiatrie. La nouvelle convention permet de renforcer ce suivi scolaire, dans une dimension pluridisciplinaire, notamment en cas d’hospitalisation longue, et de l’étendre aux sites des antennes du CHS hors Nouméa et Grand Nouméa (Wé, Poindimié, Koumac et Koné) en lien avec les établissements de référence des élèves suivis par le CHS. L’accord stipule que « les enfants et adolescents suivis par l’antenne médico-psychologique bénéficieront d’un accompagnement scolaire s’inscrivant dans le projet défini par l’équipe pluridisciplinaire », que « cet accompagnement scolaire sera assuré au moins par un enseignant de l’établissement du secteur de l’antenne », et que « l’équipe de personnes-ressources participera également à des temps d’échanges avec l’équipe de l’antenne médico-psychologique sur la situation des enfants et des adolescents ».

Au-delà du maillage territorial, ce partenariat recèle aussi un volet formation des personnels enseignants affectés, par les personnels du CHS, sur les troubles du comportement, les troubles des apprentissages, voire les troubles post-traumatiques. « Avec cette convention, on structure notre réponse ensemble », ont conclu d’une même voix les deux signataires.