Le gouvernement en soutien aux familles expulsées de Maré

Le gouvernement en soutien aux familles expulsées de Maré

26 novembre 2020

Santé et social

Une rencontre a été organisée à la paroisse de Montravel en présence des partenaires publics et privés afin d’aborder les sujets de la formation et de l’emploi des jeunes expulsés de la tribu de Roh.

Une rencontre a été organisée à la paroisse de Montravel en présence des partenaires publics et privés afin d’aborder les sujets de la formation et de l’emploi des jeunes expulsés de la tribu de Roh.

Pour répondre à l’urgence sociale dans laquelle se trouvent les familles touchées par le conflit sur Maré, plusieurs actions d’accompagnement ont été lancées. Elles ont été initiées par le gouvernement, la province des Îles Loyauté, la mairie de Maré et le conseil coutumier.

En concertation avec les membres du gouvernement des secteurs concernés, une réunion s’est tenue le mardi 10 novembre, avec l’ensemble des partenaires de la province des Îles et de la province Sud. Il s’agissait de répondre aux besoins urgents des personnes rapatriées – plus d'une centaine –, depuis Maré sur Nouméa quelques jours plus tôt. « Nous avons échangé entre collectivités et coordonné les actions en fonction des attributions de chacune pour agir au plus vite et de manière complémentaire », indique Louis Waïa, directeur des Affaires coutumières. La direction de la Nouvelle-Calédonie, au cœur de la crise dès les premiers instants en lien avec le conseil coutumier sur place, s’emploie à garantir la coordination des différentes actions.

 

La réunion de coordination du mardi 10 novembre s’est tenue à la direction des Affaires coutumières.

La réunion de coordination du mardi 10 novembre s’est tenue à la direction des Affaires coutumières.

Quatre volets

À l'issue de cette rencontre, un accompagnement en quatre volets a été mis en œuvre. Tout d'abord la scolarisation des enfants opérée avec la direction de l'éducation de la province Sud et le vice-rectorat. Très rapidement, les élèves du primaire et du secondaire ont retrouvé une place au sein d’un établissement scolaire. Un encadrement spécifique a été instauré pour les élèves de 3e et de terminale afin de leur assurer une préparation adéquate aux examens. En parallèle, un accompagnement psychologique a été enclenché. Une équipe du Centre hospitalier spécialisé Albert-Bousquet s'est déplacée à Montravel, où les familles avaient trouvé refuge, pour réaliser un premier travail d’évaluation de l’état psychologique des enfants et des adultes. Sur cette base, un suivi individualisé a été mis en place. La mission de coordination s’est également assurée de la continuité des aides médicales provinciales, des Loyauté au Sud.

 

Comité de suivi pour le relogement

Sur le volet du relogement, un comité de suivi regroupant la SIC, le gouvernement, la province des Îles et un représentant des habitants expulsés de Maré a été constitué pour étudier les besoins spécifiques et les logements susceptibles d’y répondre. Dès le 20 novembre, plus de la moitié des 40 familles avait retrouvé un toit. Les équipes du bailleur social vont procéder aux derniers relogements dans les prochains jours. « Les associations caritatives ont été sollicitées pour apporter des meubles et les équipements de première nécessité, signale Louis Waïa. Le gouvernement a mis à disposition deux docks pour stocker les dons qui affluent de toutes parts ». Pour répondre à cet impératif social, une convention de prise en charge des loyers, à durée limitée, sera signée dans les prochains jours entre la SIC et la province des Îles.

Les associations de locataires des résidences de la SIC se sont associées à cet élan de solidarité en préparant une coutume de bienvenue (© SIC).

Les associations de locataires des résidences de la SIC se sont associées à cet élan de solidarité en préparant une coutume de bienvenue (© SIC).

 

Action formation-emploi

Évoqué pendant la première réunion de coordination, un volet d'accompagnement à la formation et à l'emploi a également été initié. Une première rencontre a eu lieu avec la cinquantaine de jeunes identifiés le vendredi 20 novembre en présence des services de formation et d'emploi du gouvernement, de la province des  Îles (PIL) et de la province Sud, mais aussi de partenaires privés : la Fédération des industries de Nouvelle-Calédonie (FINC), la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) et l’association maintenance durable. « À partir d'une évaluation individuelle effectuée par des conseillers de la PIL et en fonction des différents dispositifs proposés par les partenaires, chaque jeune sera orienté vers une formation, un stage, une reprise d'études ou un emploi », indique le directeur des Affaires coutumières.