Campagne de reconnaissance géologique des massifs par hélicoptère

Une campagne de reconnaissance géologique en hélicoptère (terrains miniers, réservoirs d’eau souterrains et zones instables) a lieu sur la Grande Terre pour six mois, à partir d’août 2019.

Cette campagne est menée à l’initiative de la direction de l’Industrie, des mines et de l’énergie du gouvernement (Dimenc), en partenariat avec le Syndicat des industries de la mine (SIM) et le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

Elle est financée par les opérateurs miniers dans le cade de la modification récente du code minier qui offre un délai supplémentaire aux titulaires de titres miniers pour effectuer la reconnaissance de leur domaine.

Ces explorations vont permettre :

  • de faire l’inventaire des réservoirs pouvant renfermer des ressources en nickel et en eau,
  • d’évaluer les risques naturels (terrains instables pouvant causer des glissements de terrain) sur les secteurs étudiés.

Les résultats obtenus aideront la puissance publique à améliorer sa politique de gestion partagée de l'eau potable et de prévention des risques sur le territoire, mais aussi à développer une stratégie pays à long terme pour les générations futures.

Pour en savoir plus, notamment sur les jours et les lieux de passage de l’hélicoptère : appeler le numéro vert gratuit 05 00 09, ou envoyer un mail : contact@geophysique.nc, ou se rapprocher de sa mairie.

 >> Télécharger le dépliant :

 

Reconnaissance géologique des massifs

 

Foire aux questions 

Quel est le but du projet ?

La reconnaissance géologique des massifs va permettre de compléter l’inventaire des terrains miniers et des réservoirs souterrains afin de voir s’ils renferment des ressources naturelles en nickel et en eau. La reconnaissance permettra également d’identifier les zones instables afin d’évaluer les risques naturels comme les éboulements et les glissements de terrain.

 

Qui est l'initiateur de cette reconnaissance ? Qui porte le projet ?

La reconnaissance géologique des massifs est lancée en concertation avec le gouvernement, par l'intermédiaire de la Dimenc (direction de l’Industrie, des mines et de l’énergie).

Le projet est porté par plusieurs acteurs du secteur minier : les mineurs du Syndicat des industries de la mine (SIM), la Dimenc, mais aussi le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) lequel apporte son expertise technique.

  • La direction de l’Industrie des mines et de l’énergie (Dimenc) est une administration au service de l’État, du gouvernement NC et des provinces. Elle contribue au développement industriel durable de la Nouvelle-Calédonie, par ses actions de recherche en matières énergétique et minière, ainsi que de contrôle et d’encadrement réglementaire des activités industrielles susceptibles de porter atteinte à l’environnement.
  • Le Syndicat des industries de la mine (SIM) est une entité qui réunit tous les mineurs et les métallurgistes disposant d’une autorisation personnelle minière en Nouvelle-Calédonie.
  • Créé en 1959, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) intervient sur l'ensemble des domaines des géosciences, en particulier les ressources minérales, les risques naturels, la protection et la gestion des eaux souterraines, l'environnement et l'aménagement du territoire. Il réalise le contrôle qualité pour le compte des mineurs et il est un acteur pour le traitement de la campagne eau.

Quelle est la nécessité d'identifier ces ressources naturelles ?

Les résultats de cette reconnaissance géologique des massifs permettront dans un premier temps de cibler les réservoirs potentiels en eau et en nickel.

Dans un deuxième temps, ces réservoirs pourront faire l’objet de campagne de forages pour préciser la quantité et la qualité des ressources naturelles contenues.

Plus largement, l'inventaire s'inscrit dans une logique de développement d'une stratégie pays à long terme.

Qu'est-ce que le Code minier ? Un titre minier ?

  • Le Code minier régit les activités minières sur le territoire. Ce document est accessible sur le site internet de la Dimenc.
     
  • En 2009, le Congrès de la Nouvelle-Calédonie a accordé un délai de dix ans aux sociétés minières pour reconnaître les ressources de leurs concessions, pour les conserver. En 2019, une période supplémentaire de cinq ans a été accordée aux mineurs par le gouvernement pour compléter cet inventaire des ressources.
     
  • Un titre minier (concession) est une autorisation qui permet à un mineur d'entreprendre une activité de recherche ou d'exploitation sur un périmètre donné.

Comment est financé l'inventaire ?

L'inventaire est entièrement financé par les mineurs.

Une fois la reconnaissance géologique des massifs effectuée, que se passera t-il ?

Le résultat de la reconnaissance géologique des massifs permettra de cibler les réservoirs potentiels en ressources minérales. Dans un deuxième temps, ces réservoirs pourront faire l’objet de campagne de forages pour préciser la quantité et la qualité des ressources contenues.

  • 2020-2021 : traitement des données de cet inventaire qui aura duré deux ans.
  • 2021- 2024 : sélection des zones qui feront l'objet de travaux de sondage pendant une période supplémentaire de trois ans.

Pour les réservoirs d’eau souterrains et les zones instables : les résultats seront mis à disposition de la puissance publique afin d'être exploités dans le cadre de la politique de gestion partagée de l'eau potable et de prévention des risques sur le Territoire.

Qui autorisera la seconde phase de sondage ?

Dans le cadre de la seconde phase, seul le sondage des terrains miniers sera soumis à autorisation. Les autorisations seront délivrées par la Dimenc qui est le seul organisme à recueillir les données relatives aux sondages. Les réservoirs d’eau souterrains ne sont donc pas soumis à autorisation, mais des déclarations (en hors titre) seront faites à la Dimenc.

 

Les zones sondées sont-elles des zones publiques ou privées ?

Dans le cas des réservoirs d’eau souterrains, il est possible que les zones sondées soient privées.

Comment fonctionne le sondeur ?

Le sondeur fonctionne à l’image d’un écho sondeur de bateau pour analyser et cartographier les fonds marins. L'appareil envoie un signal de faible intensité sous forme d'ondes, qui mesure les caractéristiques physiques de la roche et renvoie l'information à un récepteur.

Les réservoirs pouvant contenir des ressources naturelles sont ainsi détectés en gardant la nature intacte.

Pourquoi avoir choisi cette méthode ?

Cette méthode, préconisée par la Dimenc, a l'avantage d'être rapide, précise, peu coûteuse et permet de décrire le sous-sol calédonien en respectant son équilibre naturel. Cette méthode permet également d’identifier les zones instables afin d’évaluer les risques naturels comme les éboulements et les glissements de terrain.

Cette méthode est fréquemment utilisée à travers le monde, notamment en Australie. Elle a également déjà été testée sur le territoire en 2015 par le CNRT Nickel et Environnement.  C’est une technique innovante et approuvée pour la recherche des réservoirs en eau et en nickel.

Qu'est-ce que la pierre bleue ?

La pierre bleue fait partie des ressources naturelles recherchées dans le cadre de la reconnaissance géologique des massifs sur les terrains miniers. Cette roche des massifs miniers couvre près d’un tiers de la surface de la grande terre. Au contact d’un climat tropical et humide, une pellicule de cette “roche bleue” s’est progressivement transformée en matériaux terreux parfois enrichis en nickel.

Quels sont les caractéristiques du sondeur ? Comment est-il fixé ?

  • Le sondeur mesure 28 mètres de longueur et 16,5 mètres de largeur. Il pèse 550 kilogrammes au total.
  • Le sondeur est fixé à l'hélicoptère via un système de fixation sécurisé et certifié, conformément aux directives constructeurs.

Quand commence la reconnaissance géologique des massifs ?

La reconnaissance géologique des massifs doit commencer mi-août 2019. Elle devrait durer environ 6 mois, sous réserve d'intempéries.

Dans quelles communes l'hélicoptère va-t-il passer ?

L'hélicoptère survolera 23 communes de la grande terre et à Bélep, réparties en 6 zones d'intervention. Les jours de passage vous seront communiqués quelques jours avant le passage dans votre commune.

N'hésitez pas à appeler le numéro vert au 05 00 09, à nous contacter par mail à l’adresse contact@geophysique.nc, ou à vous rapprocher de votre mairie.

L'hélicoptère peut-il survoler mon habitation pendant la reconnaissance ?

Non, l'hélicoptère n'est pas autorisé à survoler les habitations en dessous de 150 mètres d'altitude.

Quels sont les jours et les heures de passage ?

L'hélicoptère vole toute la journée, du lundi au samedi.

Combien de temps faut-il compter pour chaque zone d'intervention ?

La prise de mesure peut être plus ou moins longue en fonction de la zone d'intervention survolée (entre 10 jours et 1 mois). L’hélicoptère suivra des lignes parallèles espacées de 200 mètres chacune, il faut donc compter plusieurs passages sur une même zone.

 

Combien y aura-t-il d'hélicoptère ? et quels sont ses caractéristiques ?

Il n'y aura qu'un seul hélicoptère en vol. L'hélicoptère se déplace à une hauteur de 70 mètres, et à une vitesse moyenne de 70km/h.

La méthode utilisée est-elle dangereuse pour l'environnement ?

La méthode a été préconisée par la DIMENC car elle a l'avantage de détecter les réservoirs pouvant renfermer de l'eau et du nickel tout en gardant la nature intacte. De plus, identifier au préalable les terrains miniers et les réservoirs d'eau souterrains permet par la suite de réduire les travaux de sondage supplémentaires.

Les ondes sont-elles dangereuses pour la santé ?

Ces ondes sont de faible intensité et sans danger pour l’homme. À titre indicatif, elles sont comparables à celles de la radio que vous écoutez dans votre voiture.

La méthode utilisée est-elle dangereuse pour les animaux ?

Non, la méthode est sans danger pour les animaux.

L’hélicoptère sera-t-il bruyant ?

Il est possible que vous soyez gênés par le bruit pendant quelques heures.

La nuisance est évaluée à 87 décibels soit l'équivalent du bruit fait par une moto. 

Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

Où puis-je m'informer ?

Pour obtenir plus d'information, n'hésitez pas à appeler le numéro vert au 05 00 09  ou à nous contacter par mail à l’adresse contact@geophysique.nc. Vous pouvez également vous rendre dans la mairie de votre commune, de la documentation est à votre disposition.

Documents à télécharger