Les actes de possession remis aux Calédoniens

06 mai 2018

Politique

La remise des actes de possession de 1853 s’est déroulée en présence des membres du gouvernement, des signataires de l’Accord de Nouméa, d’élus, de coutumiers et de nombreux invités.

La remise des actes de possession de 1853 s’est déroulée en présence des membres du gouvernement, des signataires de l’Accord de Nouméa, d’élus, de coutumiers et de nombreux invités.

Le président de la République, Emmanuel Macron, a remis les actes de prise de possession de la Nouvelle-Calédonie par la France à son gouvernement collégial, le 5 mai au centre culturel Tjibaou. Un geste symbolique fort qui signifie que le temps des décisions unilatérales est révolu car les Calédoniens ont le choix de leur destin.

À l’intérieur de la salle d’exposition du centre culturel Tjibaou, en cette fin de journée, l’émotion est palpable et l’attente aussi. À l’arrivée du chef de l’État, le président du gouvernement – qui va recevoir les actes de prise possession de la Nouvelle-Calédonie par la France au nom du gouvernement et des Calédonien-nes – lui serre chaleureusement la main. « Par ce geste symbolique, nous allons vivre un moment historique. L’État reconnaît l’histoire singulière du pays et son évolution politique qui a permis dès 1988 aux Calédoniens d'être souverains sur leur avenir. Le 4 novembre prochain, ils exerceront ce droit en choisissant librement leur destin, dans l’esprit des Accords de Matignon et de Nouméa. C’est le sens politique du geste que vous allez faire », a déclaré Philippe Germain.

Le temps des choix

Sans plus attendre, Emmanuel Macron a dévoilé les précieux documents, exposés dans une vitrine, sous les applaudissements nourris du public. Il s'agit bien de deux actes, l’un signé le 24 septembre 1853 à Balade par l'amiral Febvrier Despointes au nom de Napoléon III, l’autre – moins connu – conclu cinq jours plus tard et portant sur l’Île des Pins. « Ce geste consiste à déplacer ces actes du Sud de la France à ici », a commencé le président de la République avant d'en livrer la signification plus profonde : « Nous ne sommes plus au temps de la possession, mais au temps des choix et d’une prise de responsabilité collectivité ».

Archives de la Nouvelle-Calédonie

Pour Emmanuel Macron, c'est également « un acte important car leur place est ici ». Jusqu'à présent conservés aux Archives nationales d'outre-mer à Aix-en-Provence, les précieux documents vont en effet rejoindre les fonds des archives situées à Nouville qui sont un service du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Enfin, le président a souhaité, à travers ce geste, que « chacun puisse voir que ce moment de l’histoire n’est ni une fin, ni un début, parce que cette histoire est partagée ».

Convention

Cette remise va prendre la forme d'un dépôt qui fera l'objet d'une convention entre les Archives nationales d'outre-mer et le service des Archives de la Nouvelle-Calédonie. Prévue normalement pour une durée de dix ans, celle-ci sera renouvelable.

 

 

 

 

 

 

 

Sur le même sujet