Suspension de la grève des cliniques privées

07 mai 2018

Santé et social

La déclaration commune signée dimanche 6 mai par le gouvernement et le collectif de la clinique Île Nou-Magnin a pour effet de suspendre la grève du secteur privé de la santé lancée le 25 avril. ©DR.

La déclaration commune signée dimanche 6 mai par le gouvernement et le collectif de la clinique Île Nou-Magnin a pour effet de suspendre la grève du secteur privé de la santé lancée le 25 avril. ©DR.

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et le collectif de la clinique Île Nou-Magnin ont signé, dimanche 6 mai, une déclaration commune conduisant à la suspension du mouvement de grève à partir de lundi 7 mai, à midi.

Le président du gouvernement, Philippe Germain, et la membre du gouvernement en charge de la santé, Valentine Eurisouké, ont reçu, dimanche 6 mai au gouvernement, le collectif des salariés et des médecins de la clinique Île Nou-Magnin. Lors de cette rencontre, les deux parties ont signé une déclaration commune visant à suspendre la grève entamée il y a 13 jours par les professionnels de santé du privé.

« Cette déclaration permet la reprise de l’activité de la clinique, a déclaré Philippe Germain. C’est une bonne chose, cela va soulager le service public qui est en tension et que je remercie pour son professionnalisme et son engagement face au surcroît d’activité. »

 

Les représentants des médecins et des salariés du collectif de la clinique Île Nou-Magnin et Philippe Germain, président du gouvernement. ©DR.

Les représentants des médecins et des salariés du collectif de la clinique Île Nou-Magnin et Philippe Germain, président du gouvernement. ©DR.

 

 

Affirmer les points de convergence

Par cette déclaration, le gouvernement et le collectif qui représente tous les médecins de la clinique et l’intersyndicale « entendent réaffirmer leurs points de convergence » : trouver une issue à cette grève qui « crée une situation sanitaire préjudiciable pour les patients », et réaffirmer « toute l’importance des cliniques dans l’offre de soins de la Nouvelle-Calédonie ».

L’ouverture du site de Nouville, qualifiée d’ « indispensable », bénéficiera ainsi du soutien du gouvernement qui « mettra tout en œuvre pour la préservation des emplois des salariés, aussi bien que de l’exercice des praticiens libéraux de la clinique ».

Régler les divergences

Pour aboutir à un accord qui permettra à la clinique d’ouvrir en septembre, l’exécutif et le collectif de la clinique Île Nou-Magnin se sont aussi engagés « à régler les divergences subsistantes ». Il s’agit notamment du niveau de tarification et de l’aide à l’investissement médical.

La date et les modalités d’ouverture des urgences, de l’unité d’hospitalisation de courte durée et du service de soins de suite et de réadaptation restent aussi sur la table des négociations.

Une médiation très attendue

Des points de divergence que devra trancher l’ancien ministre de la santé, Claude Evin, désigné comme médiateur pour régler ce conflit. Il est attendu en Nouvelle-Calédonie du 14 au 20 mai.

« On s’en remet au médiateur pour trouver une issue définitive à ce conflit, a confirmé le président du gouvernement. C’est lui qui devra dire quelles sont les économies réalisables sur la promotion immobilière, sur la société d’exploitation, quels sont les efforts qui devront être faits par les praticiens et, au bout du compte, quelle sera la somme restant à financer par le Ruamm, malgré ses difficultés. »

Dans ces conditions, le collectif de la clinique Île Nou-Magnin s’est engagé à suspendre son mouvement de grève dès lundi 7 mai à 12 heures, et ce jusqu’au terme de la médiation, le 20 mai prochain. Dans la foulée, les libéraux ont eux aussi repris le travail.

Documents à télécharger

Sur le même sujet