Le bien vieillir en Nouvelle-Calédonie

Le bien vieillir en Nouvelle-Calédonie

13 août 2021

Santé et social

Thierry Santa et les membres du groupe projet chargé du bien vieillir se sont retrouvés afin d’établir un bilan des études menées

Thierry Santa et les membres du groupe projet chargé du bien vieillir se sont retrouvés afin d’établir un bilan des études menées

Thierry Santa, membre en charge notamment du bien vieillir a accueilli, mardi 10 août le groupe projet chargé d’établir le plan d’action « Bien Vieillir en Nouvelle-Calédonie » (BVNC). 

En Nouvelle-Calédonie, comme dans tous les pays développés, le vieillissement de la population se profile comme un véritable enjeu médical, économique et social. Depuis 1989, le nombre de personnes âgées de plus de soixante ans a  en effet doublé et cette tranche démographique constituera d’ici à 2030, plus d’un cinquième de la population.

Dans cette perspective, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a initié, en début 2018, une mission  pilotée par les trois établissements hospitaliers publics territoriaux (CHT, CHN et CHS) visant à réaliser un état des lieux de la situation globale des personnes âgées de plus de 60 ans du territoire. 

Ce rapport a pour but d’aboutir, à terme, à un véritable plan d’action du « Bien Vieillir en Nouvelle-Calédonie »  porté par le groupe projet auquel s’ajoutent la clinique Kuindo-Magnin, et le groupement de Coopération sociale ou médico-sociale (GCSMS). Egalement soutenue par l’AFD, cette feuille de route a vocation à s’intégrer dans le plan DO-KAMO.

 

Un bilan conséquent

 

De mai 2018 à juillet 2019, les groupes de travail réquisitionnés sur cette mission ont échangé avec 448 participants au total. Parmi eux, des patients, des aidants, des professionnels de santé et des agents de la société civile. 

De ces discussions, dix problématiques ont émergé et ont été regroupées en quatre pistes de réflexion. La première, pilotée par l’agence Sanitaire et sociale a pour objectif d’agir sur les déterminants de santé et d’accompagner les  Calédoniens dans la préservation de leur capital santé. La deuxième, pilotée par le sénat coutumier et la fédération des bailleurs sociaux se consacre à la problématique du domicile et entend privilégier le développement de l'offre de soin de proximité et les alternatives à l'hospitalisation complète. La troisième concerne la formation et les aidants et vise à définir les problématiques prioritaires de santé publique dans la perspective d'une planification multisectorielle modernisée. Elle sera pilotée par la direction de la Formation professionnelle continue. Enfin, la quatrième piste de réflexion, pilotée par la direction des Affaires sanitaires et sociales, se concentre sur la mise en place d’un réseau territorial par le biais de nouveau outils au service de la gouvernance du système de santé calédonien.

 

Pour réaliser ces missions et grâce au soutien renouvelé de l’agence Française de développement une consultation a été lancée, le 23 juillet 2021, pour une assistance à maitrise d’ouvrage. Idéalement, une validation du plan « Bien Vieillir en Nouvelle-Calédonie » pourrait être prévue pour janvier 2022.