Rencontres stratégiques à Bruxelles

1000x451_eu.jpg

Le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a profité de son déplacement à Paris pour se rendre à Bruxelles où il a rencontré en début de semaine plusieurs personnalités de la Commission européenne. Les discussions ont porté sur le partenariat de l’UE avec la région Pacifique, l’exploitation durable des océans et les différents instruments de financement.

À Bruxelles, Philippe Germain s’est entretenu avec MM. Driesmans, Behrndt et Mueller, respectivement conseiller Asie-Pacifique de Federica  Mogherini, haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et vice-présidente de la Commission européenne, directeur de cabinet du Commissaire au développement et à la coopération, et directeur de cabinet du Commissaire à l’environnement, la pêche et la politique maritime.

Tous ont salué l’accession de la Nouvelle-Calédonie au statut de membre à part entière du Forum des Îles du Pacifique (FIP) et se sont réjouis des initiatives du gouvernement destinées à coordonner les positions des Pays et territoires d’outre-mer (PTOM) français sur le partenariat qui les unit à l’Union européenne (UE). Le président Germain a souligné l’importance pour l’UE d’avoir un partenariat plus politique avec la région Pacifique et de décloisonner son action en faveur d’une approche intégrée ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique)-PTOM. Ses différents interlocuteurs ont confirmé que les PTOM devraient pouvoir jouer le rôle de porte-parole de l’UE.

Coopération renforcée sur les océans ?

En lien étroit avec cette réflexion, la Commission, déterminée à favoriser une exploitation durable des océans, a fait savoir que ceux-ci pourraient faire l’objet d’une coopération renforcée entre UE et Nouvelle-Calédonie. Philippe Germain a indiqué que les dirigeants du FIP avaient consacré l’identité du « Pacifique bleu » au rang de principal moteur de leur activité collective. Il a ajouté que  les actions relatives à la pêche, à la protection de l’espace maritime n’ont de sens que si elles sont menées à une échelle régionale, voire sous-régionale, vu l’immensité du Pacifique.

Les discussions ont également abordé le volet financier. Au-delà de la budgétisation du Fonds européen de développement (FED), la Commission a noté qu’il y avait aujourd’hui trop de distinctions entre les différents instruments de financement.

Rencontre avec Federica Mogherini en février prochain ?

Par ailleurs, concernant  la réflexion économique et commerciale liée aux négociations des accords de libre-échange avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, la Commission a préconisé de prendre le temps nécessaire pour parvenir à un mandat de négociation qui convienne à toutes les parties. Le président du gouvernement a de son côté insisté sur la nécessité de promouvoir dans le Pacifique des accords de commerce plus asymétriques.

Enfin, Philippe Germain a reçu la confirmation du souhait de Neven Mimica, commissaire pour la coopération internationale et le développement, de se rendre en Nouvelle-Calédonie avant la fin de son mandat. Le président a par ailleurs renouvelé sa demande de pouvoir rencontrer Federica Mogherini, si possible en marge du 16e Forum UE-PTOM, les 22 et 23 février 2018 à Bruxelles, demande particulièrement appuyée par les autorités françaises, ainsi que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

 

Philippe Germain avec M. Mueller, directeur de cabinet du Commissaire européen à l’environnement, la pêche et la politique maritime.

Philippe Germain avec M. Mueller, directeur de cabinet du Commissaire européen à l’environnement, la pêche et la politique maritime.

 

 En compagnie d’Igor Driemans, conseiller Asie-Pacifique de Federica Mogherini, haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères.

En compagnie d’Igor Driemans, conseiller Asie-Pacifique de Federica Mogherini, haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères.

 

Au rendez-vous de l’innovation

En marge de ces rendez-vous, Philippe Germain a participé au « Bruzz Event », organisé au Press Club de Bruxelles dans le cadre du projet thématique OCTA Innovation financé par le 10e FED. Cette conférence, qui a réuni une trentaine de participants, lui a permis de partager sa vision du partenariat qui unit la Nouvelle-Calédonie à l’Union européenne et de sensibiliser le public européen aux atouts et avancées du territoire en matière d’innovation. 

Restez notifié par mail à chaque nouveau communiqué