Une Agence au service du monde rural

14 mars 2018

Agriculture Économie

Le projet de délibération relatif à la création de l’Agence rurale doit désormais être examiné par les élus du Congrès.

Le projet de délibération relatif à la création de l’Agence rurale doit désormais être examiné par les élus du Congrès.

La Nouvelle-Calédonie va se doter d’un établissement public entièrement dédié au développement de la brousse et du monde rural. Née de la fusion de l’Apican et de l’Erpa, l’Agence rurale devrait être opérationnelle en 2019.

La décision du gouvernement de réunir l’Apican (Agence pour la prévention et l’indemnisation des calamités agricoles ou naturelles) et l’Erpa (Établissement de régulation des prix agricoles) en une seule structure est née d’un constat : la brousse calédonienne est à un tournant de son histoire et doit absolument relever les défis qui s’imposent à elle.

Autosuffisance alimentaire

Le premier d’entre eux est « l’objectif d’autosuffisance alimentaire, souligne Nicolas Metzdorf, membre du gouvernement chargé de l’agriculture. Le taux de couverture du marché en produits locaux  a atteint 17 % en 2017. Un chiffre en progression, mais il faut aller plus loin ». L’Agence rurale va donc poursuivre la mission de l’Erpa au profit des filières agricoles, mais de manière élargie en menant une réflexion globale sur l’organisation du soutien et de la régulation économique agricole à l’échelle du territoire.

Impacts climatiques

L’enjeu suivant est d’aider le monde rural à faire face à l’intensification des événements climatiques. « Ces dernières années, de puissantes sécheresses, des dépressions et des cyclones se sont succédé. Ces phénomènes ont des conséquences non négligeables sur la structure environnementale de la brousse », rappelle le porte-parole du gouvernement.

Reprenant à son compte les missions de prévention et d’indemnisation remplies par l’Apican, l’Agence rurale devra renforcer les dispositifs existants et mieux les encadrer. Ceci afin « d’améliorer la capacité du monde rural à subir les événements climatiques avec un minimum d’impacts tant sur le plan environnemental qu’économique », ajoute Nicolas Metzdorf.

Attractivité

Enfin, il s’agit de « conserver la brousse comme une zone attractive pour la population, en particulier pour les jeunes Calédoniens », insiste le membre du gouvernement. Par conséquent, le rôle de la nouvelle agence sera de contribuer au dynamisme de l’activité économique en zones rurales.

La création de ce "guichet unique", qui simplifiera les démarches des usagers, permettrait, de plus, de réaliser une économie de 100 millions de francs par an pour la collectivité.

Les missions de l’Agence rurale

L’agence rurale sera chargée principalement :

- de mettre en œuvre la politique d’orientation des filières et de régulation du marché et des prix agricoles et agroalimentaires définie par la Nouvelle-Calédonie ;

- de contribuer à la prévention, à la limitation et le cas échéant, à l’indemnisation des dommages portés au milieu naturel, aux espaces et activités agricoles en cas de calamité ou de crise sanitaire ;

- de participer au financement des mesures de lutte contre les feux ;

- de participer à la mise en œuvre de la toute première politique de l’eau.

Financement
L’Agence rurale héritera des taxes affectées à l’Erpa (70 % de la taxe de soutien aux productions agricoles et agroalimentaires) et à l’Apican (taxe sur les conventions d’assurances). Ce transfert d’affectation nécessite une loi du pays. Des subventions complémentaires seront apportées par la Nouvelle-Calédonie et les provinces pour des actions particulières relevant de leurs domaines de compétences respectifs.

 

 

 

 

Sur le même sujet