Visite guidée aux Archives

15 juin 2017

Culture

Voir, sentir, toucher… La découverte du service des archives de la Nouvelle-Calédonie fait appel à tous les sens des visiteurs.

Voir, sentir, toucher… La découverte du service des archives de la Nouvelle-Calédonie fait appel à tous les sens des visiteurs.

Le service des archives de la Nouvelle-Calédonie a ouvert ses portes au public vendredi 9 juin. Un événement qui coïncidait avec le 30e anniversaire du service et la Journée internationale des archives.

D’un petit bureau au musée de la Nouvelle-Calédonie, le service des archives de la Nouvelle-Calédonie (SANC) a migré vers l’immeuble Iékawé, puis à Numbo, avant de prendre ses quartiers dans des locaux neufs à Nouville, en 1992. Ses deux tours, hautes de quatre à cinq étages chacune, abritent pas moins de 14 km de boîtes d’archives, gérées par onze agents. Vendredi 9 juin, ils étaient tous mobilisés pour animer la journée portes ouvertes du service. Un moment de partage et de rencontre pour « faire découvrir l’utilité de notre travail au public et aux collègues des autres directions de la Nouvelle-Calédonie », indique Claude Yeiwene, qui travaille au SANC depuis 1991.

Au programme de la journée : des visites guidées du bâtiment, des démonstrations (utilisation de microfilms, reproduction de documents) et une exposition sur l’histoire du SANC, dont une vitrine présentant quelques "entrées" extraordinaires. « Il s’agit de documents d’origine privée, à caractère historique, explique Ingrid Waneux-Utchaou, chef du service. Certains sont atypiques, comme par exemple un chansonnier de 1876 écrit par un Communard, à l’île des Pins ou encore des plans du phare Amédée de 1869, trouvés par hasard aux puces de Marseille… ».

 

Les magasins de conservation des archives sont climatisés et sécurisés.

Les magasins de conservation des archives sont climatisés et sécurisés.

 

 

Collecte, classement, conservation…

Chargé d’une mission de conservation, le SANC abrite en effet des « pépites » qui racontent l’histoire du pays, mais aussi – on le sait moins – les documents administratifs de la Nouvelle-Calédonie. « Nous travaillons essentiellement pour la collectivité, poursuit la chef de service. C’est cet aspect que nous souhaitions montrer en ouvrant nos portes aujourd’hui. »

Plus d’une centaine de personnes – curieux et agents de la collectivité – a répondu favorablement à l’invitation. Par groupe de dix, elles ont découvert le travail du SANC en suivant le chemin parcouru par les documents, depuis la salle de réception des versements, en passant par l’espace dédié au tri, jusqu’aux magasins climatisés.

Impressionnés, émus, surpris… Les visiteurs sont repartis « épatés par ce travail de fourmi » et « ravis d’avoir profité de ce fabuleux plongeon dans l’histoire. »

 

Le bâtiment abrite, dans ses différents magasins, 14 km de boîtes d’archives.

Le bâtiment abrite, dans ses différents magasins, 14 km de boîtes d’archives.

 

 

 

Restez notifié par mail à chaque nouveau communiqué