Développement durable en cours

Développement durable en cours

20 septembre 2019

Éducation et formation

En 2019, 4 écoles primaires, 9 collèges et 4 lycées ont accédé au niveau 1 de labélisation.

En 2019, 4 écoles primaires, 9 collèges et 4 lycées ont accédé au niveau 1 de labélisation.

Isabelle Champmoreau, membre du gouvernement en charge de l’enseignement, et Erick Roser, vice-recteur, ont récompensé vingt établissements scolaires engagés dans une démarche de développement durable en leur décernant le label E3D : École ou Établissement en démarche globale de développement durable.

Jeudi matin, une cinquantaine de personnes sont réunies autour d’un projet fédérateur dans une salle du gouvernement. Elles représentent les trois provinces, l’enseignement public comme le privé. Isabelle Champmoreau remet diplôme sur diplôme, aidée par Érick Roser, vice-recteur et directeur général des enseignements de la Nouvelle-Calédonie. « Le développement durable est une démarche qui implique toute la communauté éducative, les enseignants, les élèves, les partenaires, les familles, souligne le membre du gouvernement en charge de l’enseignement. Nos établissements scolaires ne sont pas des bulles hermétiques, nous avons la responsabilité de préparer nos élèves à s’impliquer le plus largement possible dans la société ».
La labélisation “E3D” a été lancée par le ministère de l'Éducation nationale en 2013 pour soutenir écoles, collèges et lycées dans leurs démarches d'éducation au développement durable. Pour être labellisé, l’établissement doit être engagé dans un projet qui intègre à la fois enseignement, vie scolaire, gestion et maintenance de l’établissement scolaire, mais aussi ouverture sur l’extérieur via des partenariats avec le monde institutionnel, industriel, scientifique ou associatif. L’engagement peut se traduire par la création d’éco-délégués, d’outils numériques de communication, de potagers bio ou, autre exemple, la collecte de déchets d’équipements électriques et électroniques.

Des citoyens actifs et engagés

Au sein des établissements, un “comité d’éducation au développement durable” est chargé de la mise en œuvre de la démarche. Il rassemble enseignants, élèves, personnels de direction et administratifs, parents... L’objectif principal est d’amener les élèves à prendre conscience des enjeux de développement durable planétaires et spécifiques à la Nouvelle-Calédonie (climat, biodiversité, énergie, eau, déchets, solidarité, agriculture, santé...) par un travail de terrain, en partenariat avec les acteurs de la société civile.
« Le nickel n’est pas la seule richesse de la Nouvelle-Calédonie, il y a d’abord sa jeunesse, assure Isabelle Champmoreau. Vous avez toute notre confiance, on sait qu’on peut compter sur vous pour être des citoyens actifs et engagés comme vous l’avez été au sein de vos établissements ». Pour Érick Roser, « rien n’est jamais acquis en matière de développement durable ; il faut sans cesse interroger nos comportements et notre responsabilité individuelle et collective ». L’engagement E3D s’inscrit en effet dans la durée. Une plaque spéciale sera apposée sur la façade de chaque établissement. Pour rappeler que le développement durable n’est pas qu’un slogan tendance mais bien un combat quotidien pour le maintien de critères de qualité.

Isabelle Champmoreau remet leur diplôme aux représentants de l’école catholique de Pouébo.

Isabelle Champmoreau remet leur diplôme aux représentants de l’école catholique de Pouébo.

 

Mariotti  accède au niveau 2
À Mariotti, quatre jeunes filles de 3e se sont engagées au sein du comité développement durable. Déléguées, elles représentent les autres élèves et sont force de proposition. Elles ont relayé dans le collège le concours de collecte de piles usagées (organisé par Trécodec sur l’ensemble des établissements scolaires). « On a récupéré plus de 700 kg en un mois et demi, on ne s’attendait pas à autant de participants et à une telle quantité », indique Aziade. Le comité DD a également mis en place une “table de troc” à la cantine, « pour que ceux qui ne mangent pas leur pain, leur fromage ou leur dessert les donnent à ceux qui en veulent, et éviter ainsi le gaspillage alimentaire », comme l’explique Chloé. Dans leur jardin partagé, les collégiens cultivent par ailleurs des ignames, qu’ils ont offertes cette année aux correspondants maréens d’une classe de 6e. Ils pourraient bientôt y accueillir des ruches. Autre projet, l’installation de bornes de collecte de papier, dans l’objectif de recycler ces millions de feuilles aujourd’hui évacuées parmi les déchets, voire de les réutiliser. « Ces jeunes filles sont très sensibles à l’avenir de la planète, elles participent à des manifestations environnementales, s’investissent énormément, ce sont des passionnées, se réjouit Maggy Savignac, leur professeur de technologie, en charge de la mission EDD à l’intérieur du collège. L’année prochaine, elles iront au lycée. Mais avant, elles sont chargées d’assurer la continuité en recrutant leurs successeurs et en instaurant une mixité pour que des garçons s’engagent à leur tour ».

college_mariotti1.jpg

 

diplome_mariotti1.jpg

 

 

Niveaux 1, 2 et 3
Trois niveaux sont distingués : l’engagement dans la démarche, récompensé par le label E3D de niveau 1 (labélisation accordée pour une durée de deux ans), l’approfondissement de la démarche (label niveau 2 accordé pour cinq ans, notre photo) et le déploiement (label niveau 3 délivré également pour cinq ans) au cours duquel les actions conduites en matière  d’éducation au développement durable doivent être tangibles, pérennes, et transférables vers d’autres acteurs.

niveau_21.jpg

 

En chiffres
Il existe 259 écoles primaires en Nouvelle-Calédonie, 56 collèges (33 publics et 23 privés) et 22 lycées (9 publics et 12 privés). Au total, 54 établissements du secondaire et 16 écoles sont aujourd’hui labellisés E3D. Le taux de labélisation dans les collèges et lycées atteint 70 %.
- 2015 : 10 collèges et lycées labellisés niveau 1 ;
- 2016 : 12 collèges et lycées et 2 écoles labellisés niveau 1 ;
- 2018 : 10 écoles primaires, 13 collèges et 6 lycées labellisés niveau 1 ; 1 école, 6 collèges et 5 lycées labellisés niveau 2.
- 2019 : 4 écoles primaires (Notre-Dame-de-l’Île-des-Pins, Wala - Belep, Pouebo et Saint-Joseph-de-Cluny), 9 collèges (Tuband, Apogoti, Gabriel-Païta, Hippolyte-Bonou - Pouebo, Do-Néva - Houaïlou, Nathalo - Lifou, Koumac, Edmée-Varin, Guillaume-Douarré - Ouvéa) et 4 lycées (Lapérouse, LP Père-Gueneau - Bourail, LP Johanna-Vakié - Houaïlou, Gabriel-Rivat - Pouebo) accèdent au niveau 1 ; 1 collège (Jean-Mariotti) et 2 lycées (Auguste-Escoffier et Saint-Joseph-de-Cluny) au niveau 2.