« Par les pairs » parle aux jeunes

« Par les pairs » parle aux jeunes

04 juin 2019

Jeunesse et sports Sécurité civile et prévention

Les jeunes comédiens de Par les pairs ont salué sous les applaudissements nourris du public © photos Jeanne Vassard).

Les jeunes comédiens de Par les pairs ont salué sous les applaudissements nourris du public © photos Jeanne Vassard).

Le spectacle « Par les pairs » a connu un joli succès pour sa première représentation le 30 mai sous le Chapitô. Soutenue par le gouvernement, cette création accompagnée par Pacifique et Compagnie, réunit 10 jeunes comédiens amateurs autour de sujets tels que les addictions, les violences, la parentalité… On y rit, beaucoup, on est émus, souvent, et surtout, on y participe avec grand plaisir !

 « Moi, je connais l’histoire de Lana, elle fume pour rester dans la bande… » Un thème suggéré par le public – les addictions –, une histoire qui revient à l’esprit, et c’est parti ! La jeune troupe nous embarque dans la vie de cette lycéenne qui finit par devenir une consommatrice régulière de cannabis et d’alcool, au détriment de sa scolarité, des relations avec sa mère et de sa santé. « Eh, mais ça finit toujours mal ces histoires ! Ben, vas-y-toi, propose une autre fin pour nos chansons », s’apostrophent les comédiens. Qu’à cela ne tienne, les spectateurs sont invités à la rescousse. Les saynètes sont rejouées, mais chacun peut les interrompre en levant la main et en criant « Stop ! » pour proposer une nouvelle version. « Si vous n’avez pas de mains, levez un pied », lance un des acteurs en plaisantant. Et ça fonctionne. Grâce à la salle surchauffée, le destin de Lana n’est plus le même, tandis que les comédiens entonnent gaiement leur refrain : « Tu te lèves le matin, t’as envie de rien. Mais n’oublie pas que tu as toujours le choix ! Quand les jeunes parlent aux jeunes. C’est choc ! C’est net ! C’est fun ! » Il y a aussi les déboires de Billy, Challa, Marie… Autant de parcours à "réparer" pendant ce spectacle interactif centré sur la jeunesse qui a fait écho pour certains. « L'histoire de Billy, accro aux jeux vidéo, m'a tout de suite fait penser à moi. C'est comme s'il m'avait interprété ! Ça donne envie de changer, d'ailleurs, j'essaie ! », confie Damien, 18 ans.

Le projet socio-artistique Par les pairs a été en partie financé par le gouvernement, à hauteur de 15 millions de francs.

Le projet socio-artistique Par les pairs a été en partie financé par le gouvernement, à hauteur de 15 millions de francs.

Prise de conscience

Pour Valérie, venue avec son fils de dix ans, c’est une belle performance : « Il fallait oser le faire, de demander au public de réagir ! En même temps, cela permet une prise de conscience par la participation. Les comédiens ont vraiment la pêche et on sent qu'il y a une bonne cohésion ». Pourtant, les dix jeunes gens, issus de quartiers sensibles de Nouméa, ont commencé à travailler ensemble il y a à peine deux mois. C’était tout le pari de ce projet soutenu par le gouvernement dans le cadre du plan territorial de sécurité et de prévention de la délinquance, mais aussi du plan jeunesse.nc et de santé Do Kamo. Recrutés pour une mission de service civique de huit mois, les apprentis comédiens âgés de 17 à 24 ans, ont été encadrés par des permanents de Pacifique et Compagnie, parmi lesquels Louise Sawaza. « La création a été intense. Ils n'avaient jamais joué la comédie. Au départ, ils pensaient qu'on allait faire du théâtre classique et n’imaginaient pas qu'il pouvait y avoir d'autres formes. Au fur et à mesure des exercices et comme c'est un groupe soudé, ils ont pris confiance en eux. » Isabelle de Haas, directrice de la compagnie, est aussi fière d’eux : « Ils se sont donnés à fond ce soir ! Nous les avons initiés à l'improvisation et au jeu scénique. Ce n'est pas parfait, mais ils ont les rudiments, et surtout ils n'ont plus peur, ils osent ! »

En contact avec le public

Une fois le rideau tombé, les jeunes premiers ont un grand sourire scotché aux lèvres. « Je n'ai pas vu le temps passer ! On ne s'attendait pas à autant de réactions du public, on est super contents. Nous avons construit la pièce avec des choses que nous avons vues ou vécues dans notre quartier », souffle Mickaëlla. Micros-trottoirs et rencontres avec les institutions et des acteurs de la prévention ont aussi nourri leur création, tandis que le groupe a opté pour la technique participative de théâtre, dite « théâtre forum », prisée de Pacifique et Compagnie. « Nous voulions être en contact avec le public. On avait envie qu'ils réagissent et que, eux-mêmes, changent les choses, les rectifient », explique Ezechiel. Après cette première réussie, le spectacle Par les pairs, intégré dans la programmation 2019 proposée par Le Chapitô, va partir en tournée à travers la Nouvelle-Calédonie. La petite troupe participera à la vie de la structure comme tout autre membre de l’équipe. L’aventure continue !

Voir ou revoir Par les pairs

La tournée du Chapitô se poursuivra dans les communes suivantes :

  • Hienghène du 26 juin au 7 juillet ;
  • Kouaoua du 17 au 28 juillet ;
  • Canala du 7 au 18 août ;
  • Voh du 21 août au 1er septembre ;
  • Thio du 4 au 16 septembre ;
  • Pouembout du 24 septembre au 5 octobre ;
  • Dumbéa (Parc Fayard) du 15 au 19 octobre ;
  • Maré du 4 au 17 novembre.

Plus d’infos sur Facebook : Le Chapitô de Nouvelle-Calédonie