83 postes supplémentaires à la rentrée 2018

En équivalent temps plein, 33,5 postes d’enseignants et 49,5 postes d’autres professions seront créés à la rentrée dans le secondaire public.

En équivalent temps plein, 33,5 postes d’enseignants et 49,5 postes d’autres professions seront créés à la rentrée dans le secondaire public.

La prochaine rentrée scolaire se prépare. Hélène Iékawé, membre du gouvernement en charge de l’enseignement et le vice-recteur, Jean-Charles Ringard-Flament, ont présenté un point d’étape le 4 août.

« Cette rentrée sera marquée par la mise en œuvre d’un nouveau calendrier scolaire, l’application effective de la réforme du collège et l’ouverture d’un nouvel établissement, le collège Apogoti à Dumbéa », a souligné Hélène Iékawé. Étape importante de la préparation de l’année scolaire 2018, la carte des formations  de l’enseignement secondaire public et privé a été adoptée par le gouvernement le 25 juillet. Son évolution s’inscrit dans une stratégie au service du projet éducatif de la Nouvelle-Calédonie.  

Enseignement professionnel

« L’objectif est de conforter l’enseignement technologique et professionnel, de fluidifier les parcours dans cette voie entre le collège et le lycée et de soutenir les publics les plus fragiles, comme les jeunes en situation de handicap ou de décrochage scolaire », poursuit la membre du gouvernement en charge de l’enseignement.

Une volonté qui se traduit par exemple par l’augmentation de places en CAP et en bac pro, l’ouverture de deux nouveaux BTS dans le secteur industriel au lycée Michel-Rocard de Pouembout, la création de sections préparatoires à l’enseignement professionnel au niveau 3e, dites "prépa pro", ou encore l’accompagnement renforcé des élèves de SEGPA (sections d’enseignement général et professionnel adapté). « Ceux-ci pourront tous avoir une place de CAP de spécialité à la rentrée prochaine, a annoncé Jean-Charles Ringard-Flament. De plus, ils bénéficieront, à l’instar des autres élèves de terminales professionnelles, du droit au redoublement ».  

Moyens humains renforcés

En 2018, le protocole d’accord signé entre le gouvernement et l’État pour soutenir la mise en œuvre du projet éducatif se poursuit, avec notamment la création de 33 postes (19 d’enseignants et 14 d’autres professions). De son côté, le vice-rectorat a pu dégager 14,5 postes de professeurs, équivalent temps plein, en limitant les "heures supp" et en les redistribuant. De quoi accompagner la montée en puissance des lycées du Mont-Dore et de Pouembout, l’ouverture du collège Apogoti, les besoins en enseignement professionnel, ainsi qu’en langue et culture kanak.

Autre priorité, « renforcer la présence humaine dans les établissements, en particulier l’encadrement éducatif. Ainsi, tous les collèges, même les plus petits comme Yaté, Thio ou Hienghène, auront désormais un conseiller principal d’éducation (CPE) à temps plein  », a insisté le vice-recteur. De même, chaque collège et chaque lycée aura une assistante sociale au moins un jour par semaine et une couverture infirmerie.

 

Hélène Iékawé et Jean-Charles Ringard-Flament.

Hélène Iékawé et Jean-Charles Ringard-Flament.

 

 

36 662 élèves en 2018

Les prévisions d’affectifs dans le second degré à la rentrée 2018 affichent une centaine d’élèves en moins. « La Nouvelle-Calédonie entre dans une phase de décélération démographique marquée de manière plus significative dans le privé par rapport au public », détaille Jean-Charles Ringard-Flament. Ainsi, 9 321 élèves devraient faire leur rentrée dans le privé (contre 9 529 en 2017) et 23 341 dans le public (contre 23 234 en 2017). « Malgré la baisse de ses effectifs, il n’y aura pas de fermeture de postes dans le privé », a affirmé Hélène Iékawé.

Sur le même sujet

Restez notifié par mail à chaque nouveau communiqué