Le Vietnam s’engage contre la pêche illégale

La rencontre avec la délégation vietnamienne s’est déroulée le 10 janvier en présence de Philippe Germain et de Nicolas Metzdorf, membre du gouvernement chargé de la pêche.

La rencontre avec la délégation vietnamienne s’est déroulée le 10 janvier en présence de Philippe Germain et de Nicolas Metzdorf, membre du gouvernement chargé de la pêche.

Le président du gouvernement a reçu la délégation vietnamienne, en visite du 9 au 11 janvier en Nouvelle-Calédonie, conduite par le vice-ministre de l’agriculture Van Tam Vu. La problématique de la pêche illégale et des blue boats a été au cœur des échanges.

Ce séjour avait un objectif clair : rencontrer les représentants de l’État et des collectivités locales afin de montrer l’engagement des autorités vietnamiennes dans la lutte contre la pêche illégale en Nouvelle-Calédonie. Ainsi que la volonté « de s’orienter vers un avenir de coopération prometteur », a souligné Van Tam Vu, avec des projets notamment en matière d’aquaculture.                              

Sanction européenne

Lors de cet entretien, le président du gouvernement a rappelé que la ZEE de la Nouvelle-Calédonie est dans un processus de classement en parc naturel. « Les blue boats portent gravement atteinte au patrimoine naturel de la Nouvelle-Calédonie et à ses récifs vierges », a ajouté Philippe Germain qui a demandé que ces pratiques illégales cessent.

Dès 2016, le chef de l’exécutif calédonien avait interpellé l’État sur cette problématique qui avait de ce fait mobilisé son réseau diplomatique. Conséquence, en octobre 2017, l’Europe a infligé un "carton jaune" au Vietnam au sujet de la pêche illégale. Une sanction qui pourrait évoluer, en l’absence de réaction de la part d’Hanoï, vers un "carton rouge". Elle se traduirait alors par une interdiction de la vente des produits de la mer vietnamiens dans les pays européens.

Batterie de mesures

Les autorités vietnamiennes ont annoncé qu’elles souhaitaient stopper ces actions illicites avant le 30 juin 2018 en menant différentes actions. Par exemple, modifier les règles de la pêche au Vietnam, former les pêcheurs à la réglementation nationale et internationale, augmenter les sanctions financières, renforcer la surveillance et le contrôle au large à l’aide de GPS traceur pour les bateaux de plus de 15 mètres ou encore interdire la pêche et le commerce des holothuries au Vietnam. « Comme vous, je souhaite que l’histoire de la pêche illégale soit derrière nous pour établir une relation plus constructive en matière de coopération économique, commerciale, politique et scientifique entre nos deux territoires », a conclu Philippe Germain.

 

Échange de cadeaux entre le président du gouvernement Philippe Germain et le vice-ministre vietnamien de l’agriculture, Van Tam Vu.

Échange de cadeaux entre le président du gouvernement Philippe Germain et le vice-ministre vietnamien de l’agriculture, Van Tam Vu.

 

 

 

Le pillage des eaux du Pacifique

La pêche illégale pratiquée par des navires de pêche vietnamiens touche aujourd’hui l’intégralité de la façade ouest de l’océan Pacifique central et occidental. En Nouvelle-Calédonie, les blue boats ont été repérés dans les eaux du Parc naturel de la mer de Corail, de la province Nord et des Îles Loyauté, notamment ces deux dernières années. Ces pêches illégales constituent un manque à gagner pour les pêcheurs calédoniens et une menace pour l’équilibre écologique des holothuries et des écosystèmes marins en général. Elles comportent également des risques de confrontations avec les professionnels locaux.

 

En janvier 2017, des blue boats ont été interceptés au large de Bélep. Il s’agissait de la sixième opération du genre menée par l’État en liaison avec la Nouvelle-Calédonie.

En janvier 2017, des blue boats ont été interceptés au large de Bélep. Il s’agissait de la sixième opération du genre menée par l’État en liaison avec la Nouvelle-Calédonie.

 

 

Sur le même sujet