Fidji, mission réussie

Fidji, mission réussie

21 août 2019

Économie Relations extérieures

Entrevues avec des représentants institutionnels, tables rondes thématiques, rencontres B2B, visites de terrain…, la mission aura été particulièrement fructueuse.

Entrevues avec des représentants institutionnels, tables rondes thématiques, rencontres B2B, visites de terrain…, la mission aura été particulièrement fructueuse.

Du 29 juillet au 5 août dernier, une délégation de 45 entreprises calédoniennes, membres du cluster NCT&I, s’est rendue à Fidji. Une mission accompagnée par Christopher Gygès, membre du gouvernement notamment en charge de l’économie et du commerce extérieur, qui ouvre de belles perspectives de coopération.

« On s’est vite rendu compte que Fidji pouvait représenter une opportunité intéressante pour aller chercher dehors des relais d’investissement et de consommation, confie Zoltan Kahn, vice-président de NCT&I, qui conduisait la délégation calédonienne. À peine plus d’une heure trente d’avion, une géographie et une sociologie qui nous ressemblent beaucoup, un marché assez considérable, environ 1 million de touristes par an, un hub du Pacifique pour les affaires, les bailleurs de fonds et les organisations internationales ».
Début avril, une mission exploratoire se rend à Suva, afin de déterminer les secteurs à explorer : santé, routes, énergie, eau, logement et construction, agriculture, sylviculture, numérique… Des groupes de travail, par secteur, sont ensuite constitués. Selon l’expression de Zoltan Kahn, « on chasse en meute » plutôt que de monter au front séparément. Alors, les “petites boîtes” vont travailler avec la concurrence pour « construire une offre calédonienne et répondre ainsi aux enjeux des secteurs cibles ».  Certaines créent même un site internet pour l’occasion.

Plusieurs projets en matière de santé

Du 20 mai au 15 juillet, un chargé de mission tisse sur place les premiers liens. Avant le voyage, du 29 juillet au 5 août, et le tout premier Business Forum Nouvelle-Calédonie-Fidji organisé par le cluster avec, à la clé, « un succès incroyable » pour « la plus grosse délégation jamais accueillie à Fidji ». La mission s’achèvera sur la signature d’un accord de partenariat entre la Fédération du commerce et des employeurs de Fidji et NCT&I.
En matière de santé, plusieurs axes se dessinent, dont l’accueil d’Evasan et la fourniture de matériel médical. « Les patients fidjiens partent se faire soigner en Inde, en Australie et Nouvelle-Zélande. Nous pensons avoir les compétences et les structures pour ouvrir une nouvelle route », témoigne Loïc Frétard, directeur d’exploitation de la clinique Kuindo-Magnin qui présentait une offre globale avec le CHT Gaston-Bourret. Des perspectives apparaissent aussi dans le secteur de la mine : coopération dans l’élaboration d’un code minier fidjien et dans une exploitation plus soucieuse de l’environnement, par exemple. Autres champs d’investigation possibles, la construction de logements sociaux, l’aménagement et la viabilisation de zones entières, etc. NCT&I a également conclu avec le ministère de l’agriculture un protocole d’accord dans le domaine de la  génétique bovine. « Il existe sur ce point une demande très forte des Fidjiens, mais aussi pour un appui technique sur la formation de techniciens », confirme Chloé Lafleur, directrice de l’Upra bovine.

Inviter les partenaires fidjiens

« Nous avons inscrit la nouvelle mandature dans une volonté forte d’accompagner les entreprises calédoniennes sur les marchés locaux mais aussi les nouveaux marchés », indique Christopher Gygès, membre du gouvernement notamment chargé de l’économie et du commerce extérieur, présent deux journées à Suva. « À Fidji, nous avons été très bien accueillis, reçus au plus haut niveau de l’État – ministres de l’économie, des affaires étrangères, de la santé… –, dans des échanges qui ont permis de faire émerger de nouvelles perspectives de coopération », poursuit-il, tout en saluant « le professionnalisme des organisateurs du déplacement, grâce auxquels les rendez-vous auront été particulièrement productifs ».
Si tous les membres de la délégation se félicitent de la collaboration public-privé, reste à présent à assurer le suivi de la mission, « une démarche de longue haleine », avec le soutien du gouvernement et de son Service de la coopération régionale et des relations extérieures (SCRRE). Sur place, Bred Bank Fidji, seule banque européenne du pays, ouverte il y a six ans, contribuera à sécuriser les investisseurs calédoniens, le groupe Bred étant actionnaire de la BCI. Tout le monde s’accorde aussi à dire qu’il s’agit désormais de « rendre la pareille » aux partenaires fidjiens et de rapidement lancer les invitations. Christopher Gygès vient de signer un courrier en ce sens.

 

Un bilan de la mission a été organisé au gouvernement. Une trentaine d’entreprises ayant fait le voyage à Fidji étaient présentes.

Un bilan de la mission a été organisé au gouvernement. Une trentaine d’entreprises ayant fait le voyage à Fidji étaient présentes.

 

Rencontre de Christopher Gygès et du président du Congrès Roch Wamytan avec Inia Seruiratu, ministre fidjien des Affaires étrangères.

Rencontre de Christopher Gygès et du président du Congrès Roch Wamytan avec Inia Seruiratu, ministre fidjien des Affaires étrangères.

 

Les « success stories » de NCT&I
Créé en mars 2015, le cluster New Caledonia Trade and Invest (NCT&I) est une structure associative destinée à soutenir et accompagner les entreprises calédoniennes dans leur développement à l’international. Pour « s’offrir à plusieurs ce qu’on ne pouvait s’offrir seul », comme le glisse Alban Goulet Allard, son président, « fier de dire qu’on est le premier cluster français multisectoriel ». NCT&I compte aujourd’hui 103 adhérents : entreprises privées, institutions, chambres consulaires, syndicats professionnels, etc. « Notre volonté est aussi d’être une porte d’entrée pour les investisseurs étrangers afin qu’ils s’associent à nos entreprises et créent des joint ventures », poursuit le président. De 2016 à 2018, NCT&I a signé 132 success stories. Fin 2018, son conseil d’administration décidait de recentrer son action sur le Pacifique Sud, notamment Vanuatu, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Fidji. Sans négliger pour autant le développement des échanges commerciaux avec la Polynésie française.

Alban Goulet Allard et Zoltan Kahn, président et vice-président de la structure.

Alban Goulet Allard et Zoltan Kahn, président et vice-président de la structure.

 

 

Visite à l’Alliance française de Suva
Christopher Gygès a profité de la mission pour rendre visite à l’Alliance française de Suva, une première pour un membre du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Il a pu échanger avec son directeur Thomas Feldstein, également coordinateur des Alliances françaises aux Fidji et aux Tonga. Centre de langue et centre culturel, l’Alliance française de Suva est aussi le support de la coopération éducative du MEAE (ministère de l’Europe et des Affaires étrangères) et du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, avec l’implantation d’enseignants dans différents lycées et universités. Pour son directeur, cette rencontre s’inscrivait dans une volonté de nouer des relations plus étroites avec les territoires français du Pacifique.
www.af-fiji.org 

new_project_6.jpg