Mobilisation après Oma

Mobilisation après Oma

27 février 2019

Agriculture Sécurité civile et prévention

Dans la zone VKP, le président Germain a rencontré les élus, avec la DITTT et la sécurité civile, pour faire le point sur l’état des routes territoriales après le passage d’Oma.

Dans la zone VKP, le président Germain a rencontré les élus, avec la DITTT et la sécurité civile, pour faire le point sur l’état des routes territoriales après le passage d’Oma.

Le président du gouvernement est allé à la rencontre des sinistrés du cyclone Oma en province Nord le vendredi 22 février. Dans la foulée, le caractère de calamité agricole a été reconnu aux dommages provoqués par le phénomène météorologique sur l’ensemble des communes de la Nouvelle-Calédonie.

Koumac, Koné, Pouembout, Poya, et Bélep. Le président du gouvernement s’est rendu, aux lendemains du passage d’Oma, dans ces communes du Nord et certaines de leurs tribus pour constater les dégâts causés par le cyclone, en particulier dus aux fortes pluies. Dans le même temps, Nicolas Metzdorf, membre du gouvernement en charge de l’agriculture, a rencontré les producteurs de Ouégoa dont les cultures maraîchères – bananes, tarots, ignames – ont été balayées.

Calamité agricole

Un déplacement sous le signe de la solidarité, mais aussi de l’action. « Après les premières assistances aux populations et les interventions sur les réseaux apportées par les services de secours et techniques, l’heure est venue d’aider les communes et leurs administrés à réparer les dégâts », a déclaré Philippe Germain. Et notamment les agriculteurs sinistrés. Dès sa séance du 26 février, le gouvernement a donc pris un arrêté d’urgence pour reconnaître le cyclone Oma comme calamité agricole. Toutes les communes de la Nouvelle-Calédonie sont concernées. « Cette décision permet d’ouvrir la procédure d’instruction des demandes d’indemnisation », a rappelé Nicolas Metzdorf. Les producteurs assurés à la Caisse d’assurances mutuelles agricoles (Cama) ont 10 jours pour déclarer les pertes subies dans leurs exploitations agricoles.

Entretien des cours d’eau

Le gouvernement s’est aussi engagé, par la voix de son président, à fournir des kits de semences pour la culture vivrière aux communes particulièrement touchées comme Bélep, ainsi qu’une aide d’urgence. « Il nous appartient également de revoir avec les autres collectivités le plan d’entretien des cours d’eau, qui n’est pas satisfaisant, et responsable de nombreux débordements, comme nous devons programmer le relèvement de certaines routes trop facilement inondées », a annoncé Philippe Germain à l’issue de son déplacement.

Demandes d’indemnisation, comment faire ?

  •  Les agriculteurs assurés à la CAMA disposent de 10 jours à partir de la fin constatée du passage du cyclone pour déposer leur déclaration auprès de la caisse, soit jusqu’au vendredi 1er mars. Les déclarations peuvent parvenir par courrier, par mail à cama@cama.nc ou être déposées directement dans les locaux de la CAMA situés à Ducos.
  • Les agriculteurs non assurés doivent se procurer un dossier disponible au sein des mairies et des services techniques des provinces. Ce dossier est à compléter et à envoyer par courrier ou par mail à l’Agence rurale.

 

Sur le même sujet