Rencontre au squat de Tina Golf

Autour de Jean-Louis d’Anglebermes, les membres de l’association Génération Josué et les représentants de l’IDC-NC, de la DFPC et de l’EFPA. © Photos DFPC

Autour de Jean-Louis d’Anglebermes, les membres de l’association Génération Josué et les représentants de l’IDC-NC, de la DFPC et de l’EFPA. © Photos DFPC

Accompagné de représentants de la DFPC, de l’IDC-NC et de l’EFPA*, Jean-Louis d’Anglebermes s’est rendu la semaine dernière au squat de Tina Golf, en pleine Fête des Lumières. Un échange informel destiné, à terme, à rapprocher de l’emploi les publics qui en sont encore très éloignés.

Ce moment de rencontre s’est déroulé à l’initiative du vice-président du gouvernement, Jean-Louis d’Anglebermes, dont le référent, au sein du squat de Tina Golf, est le pasteur Charles Némia. Avec l’association Génération Josué, ce dernier a mis en place toute la semaine dernière la Fête des Lumières, afin d’encadrer les jeunes du squat. Du lundi au samedi, les membres de l’association et des bénévoles d’autres squats ont animé de nombreux ateliers autour de la cuisine, de l’anglais, de la pêche, de l’agriculture, du compostage ou encore de la musique. Certains se sont tenus sous l’abri financé en 2015 par le gouvernement sous la forme d’une subvention de 500 000 francs versée à l’association Génération Josué. Un abri flanqué d’un réservoir d’eau et qui sert chaque soir à l’heure des devoirs.

Remettre les jeunes dans le circuit de l’emploi

Jeudi 21 décembre, lors de la visite de Jean-Louis d’Anglebermes, et après les danses d’accueil des enfants et un geste coutumier, des échanges informels ont permis de recevoir les principales doléances des habitants : l’accès à l’eau et à l’électricité, l’aménagement d’une route plus carrossable afin de rejoindre le squat, mais aussi la formation des jeunes. Des paroles écoutées avec intérêt par les représentants de la DFPC, de l’IDC-NC et de l’EFPA, également présents. Comme l’explique le vice-président du gouvernement, « l’objectif à terme est de récupérer les publics très éloignés de l’emploi et de les (re)mettre dans le circuit ». Quelque 170 jeunes ont ainsi été recensés dans trois squats de la ville.  D’autres suivront et bénéficieront à leur tour d’un suivi par le gouvernement via les organismes de formation.

Jean-Louis d’Anglebermes était également accompagné de Sébastien Lemoine, coordonnateur pour le gouvernement des politiques de sécurité et de prévention de la délinquance, qui a évoqué les dangers liés à une consommation excessive de stupéfiants. La visite de la délégation s’est achevée par un repas préparé par les mamans. Une nouvelle rencontre de ce type est prévue courant janvier au squat Rocky Vallée, à Ducos Industriel.

* Direction de la formation professionnelle continue ; Institut pour le développement des compétences ; Etablissement de formation professionnelle des adultes

 

Au cours de la matinée, les enfants du squat ont proposé des danses aux visiteurs.

Au cours de la matinée, les enfants du squat ont proposé des danses aux visiteurs.