Une série policière sur le Caillou

06 décembre 2018

Culture Économie

Martine Lagneau pour la province Sud et Nicolas Metzdorf, aux côtés de Walles Kotra et Sophie Gigon pour France Télévisions, et de Stéphane Meunier, le producteur de la série.

Martine Lagneau pour la province Sud et Nicolas Metzdorf, aux côtés de Walles Kotra et Sophie Gigon pour France Télévisions, et de Stéphane Meunier, le producteur de la série.

France Télévisions lance une nouvelle série de fiction entièrement tournée en Nouvelle-Calédonie intitulée OPJ, Pacifique Sud. Un projet porteur pour les techniciens et comédiens locaux qui bénéficie du concours du fonds calédonien de soutien à la production audiovisuelle.

OPJ, comme officier de police judiciaire. Pour sa troisième série quotidienne, France Télévisions s’empare du thème policier et plante le décor en Nouvelle-Calédonie. Une partie de l’équipe de production a dévoilé le projet aux médias et aux professionnels du secteur le 4 décembre alors que les repérages de décors et les castings viennent de débuter. La première saison d’OPJ, Pacifique Sud sera composée de 50 épisodes de 26 minutes. « Les téléspectateurs découvriront le quotidien d’une brigade de police, basée dans un quartier populaire de Nouméa, à travers des enquêtes différentes chaque semaine qui les amèneront un peu partout en Nouvelle-Calédonie. Ils partageront aussi la vie familiale et amoureuse des personnages », détaille Stéphane Meunier, réalisateur et producteur chez Terence Films, et l’un des créateurs des séries Foudre (cinq saisons) et Cut ! (six saisons) tournée à La Réunion.

Une aide de 70 millions de francs

Cette série, qui sera notamment diffusée sur NC 1ère, France Ô ou TV5 Monde, va offrir une belle vitrine à la Nouvelle-Calédonie et associer largement les professionnels locaux (lire l’encadré). Le gouvernement, à travers le fonds de soutien à la production audiovisuelle, contribue à la réalisation de ce projet. « Une première enveloppe de 19 millions de francs a été accordée par la troisième commission du fonds. L’ensemble de la saison bénéficiera d’une aide d’un montant total de 70 millions », indique Nicolas Metzdorf. Ce financement exceptionnel, tant par son montant que par le cadre de son agrément, a reçu le soutien de l’ensemble des membres du comité de gestion du fonds. Chacun est parfaitement conscient des retombées attendues avec un évènement audiovisuel d’une telle envergure. Le membre du gouvernement en charge de la communication audiovisuelle, très satisfait de l’arrivée de cette série, a souhaité qu’elle « mette en lumière la Nouvelle-Calédonie dans sa diversité ».

Intégrer des compétences locales

De mars à mai 2019, deux équipes de tournage d’une vingtaine de personnes chacune seront à pied d’œuvre pour boucler la saison 1 d’OPJ, Pacifique Sud. Si les chefs de poste (réalisateur, 1er assistant réalisateur, ingénieur du son, chef opérateur…) viendront de Métropole, le reste des techniciens sera recruté en Nouvelle-Calédonie et la régie sera 100 % locale. « Sur la série Cut !, nous avons terminé avec une équipe entièrement réunionnaise et des techniciens qui sont montés en grade au fur et à mesure des saisons », souligne le producteur Stéphane Meunier. Côté interprétation, la comédienne réunionnaise Yaëlle Trulès, découverte dans Cut ! a été retenue pour l’un des deux rôles principaux, celui de la commandante de brigade Clarissa. Environ 40 seconds rôles et entre 150 à 200 figurants sont également prévus. Le directeur de casting, qui n’est autre que le comédien Alain Mardel, est à la recherche de talents sur le Caillou.

 

Sur le même sujet