Happy Handi to you

07 décembre 2018

Santé et social

Pour la deuxième fois, la journée internationale du handicap a été célébrée au centre culturel Tjibaou.

Pour la deuxième fois, la journée internationale du handicap a été célébrée au centre culturel Tjibaou.

La journée internationale du handicap s’est déroulée samedi 1er décembre et pour la deuxième fois au centre culturel Tjibaou. Organisé par le gouvernement et le Collectif Handicaps, en partenariat avec les GIP Handicap, dépendance et bien vieillir (GIP HDBV) et Union pour le handicap (GIP UPH), « Happy Handi » avait pour objectif de valoriser les actions des associations et la diversité des compétences des personnes en situation de handicap.

Elles sont une cinquantaine de femmes, toutes habillées d’un tee-shirt mauve aux couleurs du GIP UPH et au message limpide : « Changeons de regard sur le handicap ». D’atelier en atelier (chant et langue des signes, bien-être…), ces auxiliaires de vie animent, accompagnent, présentent, préparent à manger. Chevilles ouvrières d’une journée placée sous le signe de la découverte, du partage et de la sensibilisation. « Pour nous, c'est important d'informer la population, dans le but d'améliorer notre vie quotidienne. Il y a encore beaucoup de choses à mettre en place, notamment en matière d'accessibilité aux lieux publics et aux transports. Heureusement, il y a l'association pour pouvoir sortir de temps en temps de chez nous », témoigne Afetonio, adhérent et bénévole de l'Association calédonienne des handicapés (ACH).

Focus sur l’emploi

Sous un faré, sur le stand de Handi’Net, le jeune homme en fauteuil roulant s’initie avec Johanne, formatrice, à un logiciel de commande oculaire qui lui permet d’utiliser un ordinateur grâce à ses seuls yeux, lui qui ne peut saisir la souris à l’aide de ses mains. « Il faut une sacrée concentration, je commence à avoir la tête qui chauffe ! », lance-t-il.

Juste à côté, démarre une table ronde sur le thème de l’intégration des travailleurs handicapés en entreprise, animée par une conseillère d’insertion professionnelle, en présence d’un employeur issu de la CGPME*.

Plus tard, en fin de matinée, plusieurs intervenants – salariés en situation de handicap, employeurs, porteurs de projet – dont Nicolas Brignone, “ambassadeur” du handicap au gouvernement, grimperont sur la scène géante pour une séquence de témoignages « emploi et handicap ».  « Cette année, nous avons souhaité faire un focus particulier sur l’emploi et montrer les différentes aides (prime à l’embauche pour un CDI, exonération de charges sociales, accompagnements sur des adaptations de poste…) créées récemment pour favoriser l’insertion de ce public », souligne Christopher Gygès, membre du gouvernement notamment en charge de la solidarité et du handicap.

Davantage de solidarité

Si pour sa troisième édition (la deuxième s’est tenue l’an dernier à Koné), le rendez-vous a joué la carte de l’emploi, « Happy Handi » se veut aussi festif (d’où son nom) et familial. « Nous voulions attirer un maximum de personnes mobiles qui n’ont pas forcément un lien avec le handicap, leur montrer l’implication des différentes associations du secteur, valoriser leurs actions sur le terrain, et ainsi faire évoluer le regard de la société », explique Morgane Rivoal, chargée de mission au Collectif Handicaps.

Directeur du GIP handicap et dépendance, « bras armé » du gouvernement dans ce domaine, Thierry Dombrowsky note l’importance de « regrouper dans un même endroit toutes les associations du secteur pour un moment de partage et de découverte ». Objectif principal, « apporter un éclairage nouveau et davantage de solidarité, pour que chacun puisse trouver sa place de la manière la plus simple et la plus naturelle possible ».

* CGPME : Confédération générale des petites et moyennes entreprises
Christopher Gygès devant le stand d’E-nable.

Christopher Gygès devant le stand d’E-nable.

 

Catherine Peyrache, secrétaire générale du Collectif Handicaps, et Thierry Dombrowsky, directeur du GIP HDBV.
Thierry Dombrowsky, directeur du GIP HDBV, et Catherine Peyrache, directrice adjointe.

Chant, danses, chasse au trésor…

Une trentaine d’associations et d’organismes ont participé à cette journée au cours de laquelle étaient proposés un village de stands (information, sensibilisation, créations), des animations et des activités pour tous (jeux en bois, tressage… et chasse au trésor d’atelier en atelier), ainsi que des spectacles artistiques. Les chants et danses ont été assurés par l’Association Solidarité Handicapés (ASH) de La Foa et Thio, le  Foyer Paul Reznik, l’Association calédonienne des handicapés (ACH) ou encore Dumbéa Handicap.

img_65261.jpg

 

Sur le même sujet