Troisième JDC en prison

Troisième JDC en prison

14 août 2019

Sécurité civile et prévention Jeunesse et sports

La remise des certificats de participation à la JDC en présence de Didier Poidyaliwane, membre du gouvernement chargé de la protection de l’enfance et de la jeunesse.

La remise des certificats de participation à la JDC en présence de Didier Poidyaliwane, membre du gouvernement chargé de la protection de l’enfance et de la jeunesse.

Pour la troisième année consécutive, une journée défense citoyenneté (JDC) était organisée le 13 août au centre pénitentiaire de Nouméa. Sept mineurs, suivis par la direction de la Protection judiciaire de l’enfance et de la jeunesse (DPJEJ), ont pu bénéficier de ce dispositif qui est une étape obligatoire du parcours citoyen.

La journée défense citoyenneté peut se dérouler au Camp-Est, grâce à une convention signée le 17 mars 2017 entre le Centre du service national (CSN-NC), la DPJEJ, le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) et le centre pénitentiaire. La JDC promeut l’esprit de défense et le devoir de mémoire auprès des jeunes, quels qu’ils soient. Pour les mineurs incarcérés, elle est aussi synonyme d’accès au droit et à l’information, et contribue à lutter contre l’illettrisme et le décrochage scolaire, grâce à des tests d’évaluation, suivis d’entretiens individuels.

Un groupe attentif

Ce mardi, ils sont sept, âgés de 16 à presque 18 ans, à avoir pu suivre cette journée. Le contenu et l’animation de la JDC sont assurés par le Centre du service national. La matinée, bien chargée, était consacrée à la présentation de la défense en France et aux modules d’information citoyenne, entrecoupés « d’un nouveau test de français d’une demi-heure », précise Thierry Mauhourat, chef de session JDC. Après la pause déjeuner, une sortie dans la cour était la bienvenue pour assister à la présentation de matériels et écouter des témoignages, avant d’enchaîner, de retour en salle, sur la découverte des métiers de la défense et un module de sécurité routière. « Tous ont été très attentifs et sérieux. Ils se sont montrés intéressés », note Marie-Francilya Coranson, éducatrice à la DPJEJ au quartier des mineurs. « Lors des entretiens individuels, chaque jeune a émis des souhaits pour son projet d’insertion », ajoute Thierry Mauhourat.

 

Une délégation du gouvernement est venue féliciter les jeunes à la fin de la JDC.

Une délégation du gouvernement est venue féliciter les jeunes à la fin de la JDC

 

 

Un moment qui marque

À l’issue de la journée, chaque participant reçoit son certificat de participation à la JDC, obligatoire jusqu’à l’âge de 25 ans pour passer un examen, le permis de conduire ou encore s’inscrire à un concours. « Pour 90 % d’entre eux, c’est la première fois qu’ils reçoivent un diplôme, c’est un geste qui marque », lance Jena Bouteille, directrice de la DPJEJ. D’autant qu’une délégation du gouvernement est venue participer à ce moment un peu solennel. Didier Poidyaliwane, membre du gouvernement chargé de la protection judiciaire de l’enfance et de la jeunesse, Alain Marc, secrétaire général du gouvernement, et Louis Waia, directeur de la gestion et de la réglementation des affaires coutumières ont remis à tour de rôle un des sept certificats. Didier Poidyaliwane a conclu en encourageant chaleureusement ces jeunes car, selon lui, « il n’est jamais trop tard ! ».

Sur le même sujet