Vers une stratégie de transition alimentaire pour 2023

Vers une stratégie de transition alimentaire pour 2023

12 décembre 2022

Santé et social Environnement et énergie Économie Agriculture

Plus de 80 acteurs locaux ont participé aux ateliers qui ont eu lieu au Rivland, à Païta.

Plus de 80 acteurs locaux ont participé aux ateliers qui ont eu lieu au Rivland, à Païta.

Le gouvernement, en collaboration avec la Chambre d’agriculture et de la pêche (CAP-NC) et l’ADECAL Technopole, a organisé le mardi 6 décembre 2022, des ateliers sur la transition alimentaire. Les acteurs locaux de l’alimentation ont ainsi renforcé leurs liens grâce à un travail en synergie afin d’identifier les objectifs qui constitueront des piliers pour la rédaction d’un projet de charte de la transition alimentaire.

Agriculteurs, institutions, organismes, ingénieurs, cuisiniers, transporteurs, ils étaient plus de 80 acteurs locaux à participer aux ateliers de travail sur la transition alimentaire organisés par le gouvernement, en collaboration avec la CAP-NC et l’ADECAL Technopole.

La journée a été ouverte par les discours des membres du gouvernement venus en nombre pour soutenir ces travaux qui concernent un sujet transversal, inscrit dans la feuille de route de l’institution. En effet, l’enjeu est aussi bien économique que sanitaire, qu’environnemental. « Cela peut paraître bien, par les temps qui courent, de parler de transition alimentaire, mais derrière, il s'agit d'un défi de société. Un défi immense », a indiqué le président Louis Mapou lors de son intervention.

Offrir aux Calédoniens une alimentation saine, tendre vers l’autonomie alimentaire du territoire, relancer la production locale sont quelques-uns des objectifs qui guident cette volonté d’une stratégie à l’échelle du pays.

« La crise mondiale due au Covid-19 et à la guerre en Ukraine nous a fait prendre conscience de la fragilité de notre système alimentaire, a ajouté Joseph Manauté, membre du gouvernement chargé de la transition alimentaire, qui a porté l’organisation de l’événement. La Nouvelle-Calédonie n’échappe plus aux difficultés que connaissent les autres pays, notamment celles liées aux risques de rupture des circuits d’approvisionnement extérieurs. C’est pour cela que nous devons tous nous engager sur la voie de la transition alimentaire. »

Un plan d’action chiffré

Cette rencontre a été l’occasion pour les participants de dresser le diagnostic de la durabilité alimentaire de la Nouvelle-Calédonie, réalisé par le programme PROTEGE, autour d’axes clés tels que la sécurité alimentaire, les durabilités économique et environnementale, la gouvernance alimentaire ou encore la cartographie des acteurs concernés par le sujet.

Les participants à cette journée de travail ont collaboré lors d’ateliers.

Les participants à cette journée de travail ont collaboré lors d’ateliers.

 

Une première étape avant de fixer et de prioriser les objectifs stratégiques qui permettront de mettre en place un plan d’action chiffré à l’horizon 2023.

 

Le gouvernement uni pour la transition alimentaire

L’événement a réuni tous les membres du gouvernement concernés par le sujet de la transition alimentaire. Le président Louis Mapou, la vice-présidente chargée de l’enseignement Isabelle Champmoreau, Yannick Slamet chargé de la santé, Mickaël Forrest, chargé de la jeunesse et des sports, Adolphe Digoué, chargé de l’économie, de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche et Joseph Manauté, chargé de la transition alimentaire, étaient présents.

 

L’événement a réuni tous les membres du gouvernement concernés par le sujet.

L’événement a réuni tous les membres du gouvernement concernés par le sujet.